L'Historique... !!!



Comme son nom l'indique, il est originaire de comtés Belge et Français. Il est difficile de connaître de façon précise ses ancêtres. Plusieurs variétés de Bouvier des Flandres ont existées pendant longtemps.  Des années durant, les partisans de tel ou tel type de Bouvier se sont affrontés. La multiplication des appellations a semé le trouble dans bien des esprits, fréquemment les cynophiles du début du siècle parlaient non pas de Bouvier des Flandres, mais de chien Picard. 

 

Première confusion à éviter, le chien ainsi dénommé n'a rien à voir avec le berger de Picard français. Un vétérinaire Belge a publié en 1913 la mise au point suivante. "Il suffit de recourir à nos campagnards et demander à voir leurs chiens Bouviers. À ce nom qui leur est inconnu, ils vous regarderont les yeux grands ouverts et ils vous répondront carrément qu'il n'y a pas de cette sorte de chien de garde dans le pays. Mais parlez-leur des Picards et d'un coup leur regard s'illumine et ils se mettront aussitôt à faire connaître les qualités extraordinaires de leurs chiens et à vous raconter leurs prouesses. Il s'agit bel et bien de l'expression flamande "pikhaar", c'est-à-dire, poil qui pique."D'expositions en commentaires, de réunions en concours, la raison allait peu à peu faire son chemin pour mettre un terme aux distinctions entre les types de Bouvier des Flandres, mais on tentait encore de distinguer le Bouvier des Flandres Français et le Bouvier des Flandres Belge.

 

 En 1937, un standard commun aux deux pays fut enfin adopté. Après la seconde guerre mondiale, un nouveau standard commun fut homologué et il n'a pas été changé depuis. Cette stabilité a permis aux éleveurs de consolider leurs travaux et au public, de se faire une idée plus précise. Le Bouvier des Flandres est un animal robuste, pénétré du goût de bien faire. Cette double qualité, il la tient tout naturellement de ses ancêtres qui au XIX siècle, auront eu une vie quotidienne bien difficile. Les bovins destinés à la boucherie étaient en fait conduits jusqu'aux abattoirs par des "toucheurs de boeufs" qui avaient les Bouviers comme auxiliaires. Ces hommes ne faisaient guère de sentiments. Pour eux, un chien n'était bon que s'il savait travailler, et peu importait qu'il fut un compagnon agréable. Dans ces circonstances, seuls les Bouviers robustes survivaient, les sujets les plus chétifs ne bénéficiant pas encore, en ce temps-là des vaccinations et de soins prodigués par les vétérinaires. Aujourd'hui le Bouvier des Flandres n'accompagnent plus les "toucheurs de boeufs" et il a dû s'imposer comme animal de compagnie et de défense; cette dernière reconversion s'est faite avec succès, si l'on juge d'après les sujets d'aujourd'hui.

 

 

Index | Nos Portées | Nos Chiens | Standard | Pension Chiens | Toilettage | | Contactez-Nous | Administration

Copyright 2011 | Création CWCD Conception web Carole Dubreuil, http://caroledubreuil.com